Suivez au jour le jour le voyage à Berlin du 8 au 12 avril.

2 | (actualisé le ) par M. Boisseau

Quelques jours après que les Allemands sont venus au collège, l’échange continue avec les élèves du lycée Carl-Friedrich-von-Siemens.

C’est au tour de 29 de nos élèves germanistes d’embarquer pour Berlin Spandau, pour presque une semaine.

Retour prévu le vendredi 12 avril.





On embarque !
Vendredi 5 avril au soir, les élèves ont déposé leurs valises au collège.
Lundi 8 avril vers 3 heures du matin, rendez-vous est pris au collège, direction l’aéroport pour un embarquement vers 7 heures.
Nach Berlin !





 J 1 : L’arrivée.

Moins de deux heures de vol plus tard, tout le monde est bien arrivé.



Cliquer sur les titres pour faire apparaître les photographies.



J1 : Premier passage à l’hôtel

Sous le soleil, à l'entrée de notre hôtel. {JPEG}

La station...
... immense et propre.



Direction l’arrondissement de Berlin Spandau, jumelé avec la ville d’Asnières.
C’est l’arrondissement le plus à l’ouest de Berlin.



Sous le soleil, à l’entrée de notre hôtel.
Les élèves sont émerveillés devant tous ces arbres. On se croirait au milieu d’une forêt.





J1 : 1er contact avec Berlin centre

Direction le centre de Berlin / la tour de la télévision / Alexanderplatz JPEG
Moment studieux dans le train.
En route pour Alexanderplatz où nous allons prendre notre premier repas allemand.
Les élèves font une sorte de compétition par jour.
C’est-à-dire qu’ils doivent bien remplir le dossier et le groupe qui obtient tous les points (ou bien la meilleure note) gagne un souvenir de Berlin.



Les pompiers interviennent à Alexanderplatz.
Donc on patiente sur le quai...



La tour de la télévision, un emblème de la ville de Berlin.
En allemand la Fernsehturm. Voir le site officiel.







En attendant le S-Bahn.
Le S-Bahn est le « train express urbain ».



L’ours est le symbole de la ville de Berlin.



Alexanderplatz
Surnommée "Alex" par les Berlinois, c’est un des cœurs de la ville de Berlin



Le fidèle des fidèles
M. Morel qui accompagne les élèves.



La fontaine de Neptune.
On aperçoit derrière le Berliner Dom qui est la seule cathédrale protestante.



L’hôtel de ville de Berlin.
En allemand : le "rotes Rathaus".















J1 : Découvrir le mur de Berlin

A la découverte du mémorial du mur de Berlin et de l’Histoire d’une ville au destin peu commun car elle a été séparée en deux parties.
Le mur tel qu'il était vu du bas. {JPEG}



A l’emplacement du mur de Berlin.
Construit en 1961, il a séparé la ville en deux jusqu’en 1989.





La matérialisation symbolique d’un tunnel pour passer sous le mur.
Plus de 100 personnes ont perdu la vie en tentant de passer le mur pour aller à l’Ouest.





L’église de la réconciliation
Cette église a été reconstruite car elle avait été détruite en 1985. Elle se trouvait dans le no man’s land, la partie interdite d’accès entre l’Est et l’Ouest.
Elle fait partie du mémorial du Mur.



La sculpture de la réconciliation.
Elle symbolise les deux parties de Berlin et de l’Allemagne qui se retrouvent après avoir été séparées.





Le mur tel qu’il était vu du bas.







Au pied du mur.



Recueillement.
Stèle en mémoire des victimes des guerres mondiales et de la séparation de l’Allemagne.



Les fenêtres du souvenir.



Les portraits des personnes mortes en tentant de fuir.



Des fragments du mur.





J1 : Fin de journée

Avec de la fatigue Zahra cherche son paquet de M&M's {JPEG}
Y’a du soleil...





Fatigue de fin de journée
après nuit blanche.



Après un sprint remarquable



On a eu soif aujourd’hui



Zahra cherche son paquet de M&M’s
(c)



Le livret pédagogique.
Bon sang, c’est de l’Allemand !



Séance de travail sur le livret pédagogique.
ça travaille dur !



Affiche pour les prochaines élections européennes.
Le lien avec la France est mis en avant.





 Jour 2

Une grande journée attend nos germanistes.



J2 : Direction le lycée

A la rencontre de leurs camarades allemands.
JPEG

Sortie de l’hôtel.
Les températures sont plus fraiches ce matin.



Au pied de l’hôtel, des immeubles, et de la forêt.
Ce matin, réveil au chant des oiseaux.



Direction le lycée Carl-Friedrich-von-Siemens.





L’arrivée au lycée.



Nos germanistes travaillent avec leurs camarades allemands.
L’établissement allemand s’appelle un Gymnasium.



Un Gymnasium regroupe des classes qui commencent en 5ème.





Les élèves y restent jusqu’au baccalauréat.
Ils commencent le français à partir de la 5ème, en tant que LV2.



La récré
Les amis franco-allemands se retrouvent













J2 : La citadelle de Spandau

Découverte de cette citadelle impressionnante qui a vu passer les armées de Napoléon.La citadelle de Spandau {JPEG}
Rathaus Spandau
Rathaus signifie mairie en allemand.





Les villes jumelées avec Spandau sont indiquées sur le Rathaus.
Asnières-sur-Seine y figure en bonne place.





Le vieux Spandau. Direction la citadelle.



La citadelle de Spandau
La citadelle de Spandau est l’une des fortifications de la Renaissance les plus importantes d’Europe.







Spandau a vu passer la grande armée de Napoléon.
C’était en 1812. La grande armée allait conquérir Moscou, en Russie.





Maquette : reconstitution de la grande armée.



Vue depuis le haut de la citadelle.







La porte du coffre fort.







J2 : le pont aérien de 1948

Toute la ville de Berlin Ouest est ravitaillée par avion seulement. Pourquoi ? JPEG
Le pont aérien, à Tempelhof.
En 1948, Berlin était alors coupé du monde, selon la volonté de Staline.



Carte du pont aérien.
Les alliés ravitaillent alors par les airs la ville de Belin Ouest qui était isolée au milieu de l’Allemagne de l’Est, sous contrôle communiste.





M. Morel explique aux élèves le pont aérien.
Cet événement illustre bien le début de la guerre froide.







Vers le monument qui symbolise le pont aérien.





L’aigle sur l’ancien terminal de l’aéroport Tempelhof.



Un ancien hangar à Tempelhof...
... réaménagé comme seuls les Berlinois savent le faire.







Ostbahnhof
Traduction : la gare de l’Est.
Explications sur le mur de Berlin.





J2 : l’East Side Gallery

Sur 1,3 km de long, sur l’ancien mur de Berlin, des œuvres de street art sont exposées. Une ode à la liberté. JPEG



East Side Gallery
C’est parti pour 1,3 km du mur de Berlin qui sert de support à une exposition de street art.



No man’s land









Traduction :
Il faut déconstruire (mot choisi exprès) beaucoup de murs.



Traduction :
"Celui qui veut que le monde reste comme il est, ne veut pas qu’il reste"





Au plus près











Traduction :
"N’oubliez pas l’amour."













Traduction
"Laisser grandir."



Traduction
"Tout est ouvert."



Traduction :
"La solution diagonale du problème."



Le fameux "baiser fraternel"
Il s’agit baiser fraternel entre le dirigeant de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), Léonid Brejnev, et du dirigeant de la République démocratique allemande (RDA), Erich Honecker.



Traduction :
"Voyage d’esprit."



Traduction :
"Plus jamais de censure dans l’art."



Traduction :
"Beaucoup de petites gens dans de petits endroits font de petites choses qui peuvent changer le visage du monde".



Traduction
"Tu as appris ce que la liberté veut dire et ne l’oublie plus jamais."







J2 : Fin de journée

JPEG
Oberbaumbrücke à Warschauer Straße
C’est un pont traversant la Spree. La Spree est la rivière qui traverse Berlin.
Cela ressemble étrangement à Moscou.
Il paraît que certains élèves ont demandé où c’était Moscou.











 Jour 3

La journée au lycée de Spandau commence !

Au programme : Quiz sur le système scolaire allemand et sur le lycée Siemens, cours fait par nos élèves ! JPEG
En cours, au lycée.
Lorsque les Allemands étaient venus à Malraux, ils avaient assisté à des cours.



C’est maintenant à nos germanistes de prendre place dans une classe en Allemagne.





Au lycée Siemens, les élèves apprennent l’allemand (les nouveaux arrivants), l’anglais (LV1), le français (LV2), l’espagnol (LV2) et le latin (LV3). Et ils ont l’AG (Arbeitsgemeinschaft, activité extrascolaire proposée par l’établissement) Graffiti où les élèves apprennent comment on les fait et taguent les façades de l’établissement.



Cours franco -allemand
sur le camp de Ravensbruck



C’est au tour de nos élèves de faire cours.











3 - 2 - 1...



On teste la cour de récréation
Après le goûter franco-allemand avec Toffifee et Duplo et carambar pour les Berliner. Mais aussi avec un bon gâteau au chocolat.
Partez !



Traduction
"École sans racisme.
École avec le courage"



Le recyclage dans la cour de récréation
Bleu : papier et carton
Jaune : plastique
Blanc : tout le reste
Mais sinon il y a d’autres poubelles pour le tri :
Marron : biodégradable
Vert couvercle blanc : verre blanc
Vert couvercle (souvent) marron : verre vert et marron
Orange : objet plus grand que l’on peut recycler comme pot de plante...







J3 : le soir à l’hôtel

Des élèves studieux à l’hôtel.







 Jour 4

J4 : Lever à l’aube.

Réveil avec le chant des oiseaux.



Guten Morgen Berlin ! / Bonjour Berlin !





J4 : Le camp de Ravensbrück

Ce camp était réservé aux femmes.
Au moins 132 000 femmes et enfants y sont déportés, dont 90 000 sont ensuite assassinés. Les femmes servent de main d’œuvre pour les usines liées au camp.
L'usine du camp. {JPEG}



Hauptbahnhof (gare)
Départ pour Fürstenberg pour aller au camp.



Ritter Sport
(Quadratisch. Praktisch. Gut.)



Ampelmann



Direction le camp.



Chemin vers le camp, le mémorial.





Atelier photos
Les élèves se sont mis en groupe franco-allemand, ils ont fait la visite et ont pris des photos. Maintenant ils les présentent, les expliquent et posent des questions.





Un point d’eau.
Insuffisant pour les centaines de déportées.



Les traces au sol des baraques disparues.
Les prisonniers dormaient dans ces baraques.



Bloc de pierre.
Les déportées punies devaient le rouler dans la cour du camp.



Un arbre dans la cour du camp.



L’usine du camp.
Les déportées y cousaient les uniformes.





L’horreur dans un cadre idyllique.



La cheminée du crématorium.
On y brûlait les corps des prisonniers.



Sous les rosiers, les cendres humaines.
Une tombe.









Un temps au diapason de l’objet de notre visite
.... Mais un horizon de ciel bleu se dégage !





J4 : retour et fin de journée

« Je ferme juste les yeux »







 Jour 5

J5 : Le Reichstag (parlement)

Le parlement allemand. {JPEG}



Retour de Fürstenberg.







Le parlement allemand.



Sous la coupole.





Tout en haut...
La coupole pèse 1200 tonnes. Elle est en verre.



Architecte : Norman forster.
La transparence du verre symbolise la transparence de la démocratie.













1933 : l’incendie du Reischtag
Aujourd’hui encore, les historiens ne savent pas qui en est à l’origine.
Mais, devant le choc provoqué par les ruines fumantes, Hitler accuse les communistes d’en être à l’origine et en profite pour faire arrêter leurs leaders.





Les femmes votent depuis 1918 en Allemagne.





J5 : Berlin centre

La porte de Brandebourg, le boulevard des stars, des perroquets et beaucoup d’ours...
Porte de Brandebourg. {JPEG}

Porte de Brandebourg.
Cette porte est un symbole de Berlin : elle faisait partie du mur de Berlin.





















4℃.
Il fait froid.
Besoin de soleil.





"le courage lie les gens"
Jour de l’Union (allemande).
Le 3 octobre est la fête nationale.



Boulevard der Stars.









La reine
Mme Delestre.











Expérience bus







Des parrots au coeur de la ville
Des perroquets.
Ils font piou piou en allemand
(selon Mme Lanoiselée qui traduit :
Piouououou piouououo)



Barrière anti terroristes.
Suite à l’attentat du marché de noël, elles protègent la foule.



















Et c’est le départ

Embarquement complet. {JPEG}

Embarquement complet.



On décolle.



Il y en a qui ne veulent pas rentrer.






Vous pouvez retrouver le voyage de l’an dernier en cliquant ici.




Texte et photographies : les accompagnateurs - Mme Kreutzer, Mme Lanoiselée, Mme Delestre, M. Morel